Ryanair En Appelle Au Gouvernement Belge Pour Préserver Des Emplois Et Restaurer La Connectivité

13 Jan 2021

Ryanair, plus grande compagnie aérienne d’Europe, en appelle aujourd’hui (mercredi 13 janvier) au gouvernement belge pour sauver le tourisme et des milliers d’emplois. Ceci par la mise en œuvre de politiques incitatives réduisant les taxes d’aéroports et d’atterrissage, stimulant ainsi la fréquentation des passagers dans les aéroports de Charleroi et de Zaventem pour l’été 2021. Plutôt que de gaspiller 290 millions d’euros de l’argent des contribuables (via des aides d’État illégales) pour renflouer Brussels Airlines (qui appartient à un groupe Allemand), Ryanair appelle le gouvernement belge à prendre des mesures immédiates pour réduire les frais d’aéroport et d’atterrissage, ce qui contribuera à protéger d’essentielles liaisons aériennes.

Ryanair a travaillé avec des aéroports et gouvernements Européens pour obtenir des réductions sur les taxes d’aéroports. Le gouvernement belge devrait soutenir des politiques incitatives aux passagers dans les aéroports de Charleroi et de Zaventem, applicables à toutes les compagnies aériennes sur un pied d’égalité, afin de restaurer et de croitre le trafic à partir de l’été 2021.

 

Un porte-parole de Ryanair a déclaré :

« Nous nous opposons à toute aide d’État non transparente et discriminatoire. Le gouvernement belge a envoyé 290 millions d’euros de l’argent des contribuables belges à Francfort pour le renflouement d’une compagnie allemande, Lufthansa ayant pourtant déclaré n’avoir même pas besoin de cet argent. Cependant le gouvernement Belge n’a mis en œuvre aucune mesure incitative pour aider à la relance du trafic passager à l’été 2021, essentielle aux emplois belges des aéroports belges.

Alors que l’aviation traverse la plus grande crise de son histoire, le gouvernement et les aéroports devraient stimuler l’activité en réduisant les taxes d’aéroports et redevances d’atterrissage dans tous les aéroports belges, encourageant ainsi la relance plutôt que d’envoyer de l’argent des contribuables belges à Francfort. »